Inscrit au patrimoine mondial de l'humanité, Shirakawa-go ainsi que le village de Gokayama sont surtout connus pour leurs maisons typiques dans lesquelles étaient élevés les vers à soie. 
Ce style architectural appelé gasshi-zukuri, ( traduction: construction aux paumes des mains jointes ) désigne les maisons au toit très pentu ( 60°) afin de supporter les chutes de neige très abondantes de cette région montagneuse.
Le village de Shirakawa-go est situé dans les Alpes japonaises à environ 70 Km de Kanazawa.
Levés 6h pour prendre le bus.
Départ 8h45 depuis la très belle gare de Kanazawa (réalisée par l'architecte japonais Tameo KOBORI )
Nous prenons notre bus à la gare routière très moderne de Kanazawa.
Sculpture réalisée par Kasumasa Saegusa en 2006.

Horaire des bus par Nohi bus
           Kanazawa	08:45	12:35	16:00		
Shirakawago(arr.)	10:00	13:50	17:15					
Shirakawago(dep.)	13:00	14:00	15:00	16:00	17:20
           Takayama	13:50	14:50	15:50	17:00	18:10
Nos tickets de bus achetés la veille.
Un ticket pour le trajet Kanazawa - Shirakawa-go
Arrêt de 4 heures ( suffisant pour visiter le village)
Un autre ticket pour le trajet Shirakawa-go - Takayama

Coût total par personne 4000 Yen soit environ 40 euros.
Quelques photos prises au vol à travers la vitre du car.
Après 3/4 d'heure de route, les rizières sont entourées de neige, nous approchons des montagnes.
Entre deux tunnels nombreux sur cette route de montagne, nous apercevons lacs et villages.
Après 1h15 de bus, nous arrivons à notre étape intermédiaire de la journée Shirakawa-go.

Le bureau d'information nous met tout de suite dans l'ambiance, il a neigé la veille et même s'il reste beaucoup de neige, c'est la fin de l'hiver.
Il est temps de ranger le chasse-neige.

Après avoir déposé nos sacs dans un casier (4 euros ), nous voilà parti sous un ciel bleu, à la découverte de ce village.
Situés dans une région montagneuse longtemps isolée, ces villages aux maisons de style gassho tiraient leur subsistance de la culture du mûrier et de l'élevage du ver à soie.
Leurs grandes maisons au toit de chaume à double pente très accentuée sont uniques au Japon.
Les villages historiques de Shirakawa-go et de Gokayama sont de remarquables exemples de sites traditionnels qui ont su s'adapter parfaitement à leur environnement et à leurs fonctions économiques et sociales, ainsi qu'aux profonds changements économiques qui  ont affecté le Japon au cours du dernier demi-siècle.
P1090004
Shirakawa-go faisait partie du territoire du clan Takayama au commencement de la période Edo mais à partir de la fin du 17ème siècle, et jusqu'à la restauration Meiji en 1868, elle fut sous le contrôle direct du gouvernement militaire d'Edo Bakufu
Au VIIIe siècle apr. J.-C., cette zone devint un lieu consacré au culte ascétique de montagne, centré sur le mont Hakusan, pour un ordre qui combinait d'anciennes croyances prébouddhiques avec un bouddhisme ésotérique. 
Au XIIIe siècle, il subit l'influence de la secte ésotérique Tendai, puis celle de la secte Jodo Shinshu, qui est demeurée, encore
aujourd'hui, influente dans cette zone. Ses enseignements ont joué un rôle important dans le développement des structures sociales de cette région, fondé sur le système de coopération mutuelle entre des groupes familiaux voisins (kumi).
P1090007
Pour chaque quartier, un panneau indique les maisons avec le nom des habitants et celles qui peuvent être visitées.
P1090011_A
P1090014_A
P1090019
Un pont relie les deux parties du village coupé en deux par une rivière.
Nouvelle toiture pour cette ancienne maison.
P1090037
P1090040
Une épaisseur de près d'un mètre de chaume recouvre les toits.
P1090043
P1090046
P1090049
P1090050
P1090052
P1090053
P1090054
Blottis au coeur des montagnes, Shirakawa-go et Gokayama sont de tranquilles villages traversés par une rivière et entourés de rizières. Pourtant ces villages mitoyens sont classés au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1995, grâce à leurs maisons traditionnelles construites dans le style gassho-zukuri. La principale
caractéristique de ces maisons en bois est leur toit de chaume en forme de triangle pentu, comme des mains en prière (gassho), afin de supporter le poids de la neige, abondante dans cette région. Ce sont de grandes maisons de 18m de long sur 10m de large sur quatre niveaux, où plusieurs générations vivent ensemble. Le dernier niveau est traditionnellement réservé à l'élevage de vers à soie.
P1090057
P1090059
P1090061
Nous avons visité la maison kanda ( 3 euros/per)
Dans certaines de ces maisons, il est possible de voir des démonstrations et de participer à des ateliers d'arts traditionnels comme la teinture ou le tissage ou de s'initier à la fabrication des soba (nouilles de sarrasin).
La toiture est réalisé sans un clou, la charpente est assemblée uniquement avec des cordes tressées par les villageois.
des réalisations en corde et des outils sont exposés sous la toiture.
P1090082
P1090084_A
du travail d'artistes.
Outil pour torsader les cordes qui serviront à l'assemblage du toit
Au rez-de-chaussé, un foyer pour chauffer toute la maison ( pas de cheminé et beaucoup de fumée! )
Nous continuons notre visite à la recherche des plus belles maisons du village.
P1090110
P1090111
P1090112
P1090115
Réalisation d'un tout petit bonhomme de neige en passant.
P1090125
P1090126
En raison du relief montagneux, la culture traditionnelle japonaise du riz n'était pas très productive dans cette région, ce qui explique que les paysans se soient tournés vers d'autres cultures céréalières telles le sarrasin et le millet qui acceptent des champs plus petits.
P1090128
Malgré ces difficultés, les récoltes étaient très légèrement excédentaires. Les quelques produits commercialisa blés de la région étaient le papier japonais (washi) fait de fibres de mûrier,
arbre que l'on rencontre dans la région, le nitrate de calcium pour la fabrication de poudre à canon et les produits de base de la sériciculture <vers à soie et fil à soie brut>.
La production de papier se poursuivit tout au long de la période Edo mais déclina quand les procédés de fabrication occidentaux apparurent au 19ème siècle. La production de nitrate qui avait
commencé au milieu du 17ème siècle disparut avec l'arrivée au 19ème siècle au salpêtre européen très peu coûteux.
Les koï Nobori ( banderole de carpe) sont déjà de sortie pour la fête Kodomo no hi ( jour des enfants ) célébrée chaque année le 5 mai.

Selon une légende chinoise, les carpes du fleuve jaune, après avoir remonté le fleuve, s'envoleraient vers le ciel en se transformant en dragons. Cette légende serait à l'origine des koi nobori, qui représentent plus généralement la force et la persévérance des carpes qui remontent à contre-courant les rivières et cascades.

Ces bannières sont accrochées le long de perches en bambou. La première et la plus large, magoi, est noire et représente le père; la deuxième, higoi, est rouge et représente la mère, puis l'on ajoute une carpe pour chaque enfant de la famille.
Parfois, on suspend aussi des rubans rouges et blancs ou une manche à air multicolore symbolisant les flots des rivières.
L'industrie de la soie survécut plus longtemps, au 17ème siècle
jusque dans les années 1970. Le besoin de grands espaces pour l'élevage des vers à soie et le stockage des feuilles de mûrier eurent une incidence très forte sur la multiplication des maisons de type gassno.
P1090137
Plaque d'égout du village de Shirakawa-go
P1090139
P1090141
P1090142
Un observatoire aménagé au château  Ogimachi offre un point de vue apprécié sur le village.
Quelques toitures classiques aussi. Mais quand même beaucoup de ces belles maisons au toit de chaume ( vue prise d'une petite colline où nous avons pic niqué).
P1090157
les rizières font de véritables mirroirs
P1090162
P1090163
P1090166
Il est possible de loger dans l'une des maisons de style gassho-zukuri puisque le village compte 25 minshuku et 14 ryokan établis dans ce type d'habitation.
Le village est un lieu très touristique visité par environ 1,5 millions de personnes par an, difficile des faire des photos sans un touriste qui traîne dans un coin.
Les boutiques et restaurants restent concentrés sur une rue principale.
P1090178
P1090179
P1090186
Chaque saison offre au village un visage différent : neige et maisons illuminées en hiver, cerisiers en fleurs au printemps, arbres écarlates en automne, sans oublier le spectaculaire exercice anti-incendie du dernier dimanche d'octobre ou de grands jets d'eau arrosent tout le village.
P1090194
P1090196
P1090197
P1090199
P1090207
P1090211
P1090215
Même le temple reste dans le style.
P1090231
P1090234
Nous quittons ce village et les sommets enneigés à 14h pour rejoindre en bus notre ville du soir Takayama.
où nous dormons "à la japonaise", gare aux côtelettes demain matin !

La totalité du voyage sur 
http://yethidom.pagesperso-orange.fr/NotreVoyage.htm
Shirakawa-go (Japon 2012)
yethidom
Author: yethidom (ID: 8016)
Posted: 2012-05-16 11:31 GMT+00:00
Mileage: 135.68 km
(1 rating)
Tags: Travel, Photography, Landscape, Voyage 2012
Views: 1325
Share
Embed this trip
Click here to load all photos (86)

Le village de Shirakawa-go ou Shirakawago est situé dans les Alpes japonaises.

P1090138_B
Inscrit au patrimoine mondial de l'humanité, Shirakawa-go ainsi que le village de Gokayama sont surtout connus pour leurs maisons typiques dans lesquelles étaient élevés les vers à soie.
Ce style architectural appelé gasshi-zukuri, ( traduction: construction aux paumes des mains jointes ) désigne les maisons au toit très pentu ( 60°) afin de supporter les chutes de neige très abondantes de cette région montagneuse.
Carte
Le village de Shirakawa-go est situé dans les Alpes japonaises à environ 70 Km de Kanazawa.
P1080873_A
Levés 6h pour prendre le bus.
Départ 8h45 depuis la très belle gare de Kanazawa (réalisée par l'architecte japonais Tameo KOBORI )
P1080897_A
Nous prenons notre bus à la gare routière très moderne de Kanazawa.
Sculpture réalisée par Kasumasa Saegusa en 2006.

Horaire des bus par Nohi bus
           Kanazawa 08:45 12:35 16:00
Shirakawago(arr.) 10:00 13:50 17:15
Shirakawago(dep.) 13:00 14:00 15:00 16:00 17:20
           Takayama 13:50 14:50 15:50 17:00 18:10
tickets
Nos tickets de bus achetés la veille.
Un ticket pour le trajet Kanazawa - Shirakawa-go
Arrêt de 4 heures ( suffisant pour visiter le village)
Un autre ticket pour le trajet Shirakawa-go - Takayama

Coût total par personne 4000 Yen soit environ 40 euros.
P1080914_A
Quelques photos prises au vol à travers la vitre du car.
P1080953_A
Après 3/4 d'heure de route, les rizières sont entourées de neige, nous approchons des montagnes.
P1080962_A
Entre deux tunnels nombreux sur cette route de montagne, nous apercevons lacs et villages.
P1080999_A
Après 1h15 de bus, nous arrivons à notre étape intermédiaire de la journée Shirakawa-go.

Le bureau d'information nous met tout de suite dans l'ambiance, il a neigé la veille et même s'il reste beaucoup de neige, c'est la fin de l'hiver.
Il est temps de ranger le chasse-neige.

Après avoir déposé nos sacs dans un casier (4 euros ), nous voilà parti sous un ciel bleu, à la découverte de ce village.
P1090002_A
Situés dans une région montagneuse longtemps isolée, ces villages aux maisons de style gassho tiraient leur subsistance de la culture du mûrier et de l'élevage du ver à soie.
Leurs grandes maisons au toit de chaume à double pente très accentuée sont uniques au Japon.
P1090003_A
Les villages historiques de Shirakawa-go et de Gokayama sont de remarquables exemples de sites traditionnels qui ont su s'adapter parfaitement à leur environnement et à leurs fonctions économiques et sociales, ainsi qu'aux profonds changements économiques qui ont affecté le Japon au cours du dernier demi-siècle.
P1090004
P1090005
Shirakawa-go faisait partie du territoire du clan Takayama au commencement de la période Edo mais à partir de la fin du 17ème siècle, et jusqu'à la restauration Meiji en 1868, elle fut sous le contrôle direct du gouvernement militaire d'Edo Bakufu
P1090006
Au VIIIe siècle apr. J.-C., cette zone devint un lieu consacré au culte ascétique de montagne, centré sur le mont Hakusan, pour un ordre qui combinait d'anciennes croyances prébouddhiques avec un bouddhisme ésotérique.
Au XIIIe siècle, il subit l'influence de la secte ésotérique Tendai, puis celle de la secte Jodo Shinshu, qui est demeurée, encore
aujourd'hui, influente dans cette zone. Ses enseignements ont joué un rôle important dans le développement des structures sociales de cette région, fondé sur le système de coopération mutuelle entre des groupes familiaux voisins (kumi).
P1090007
P1090008_A
Pour chaque quartier, un panneau indique les maisons avec le nom des habitants et celles qui peuvent être visitées.
P1090011_A
P1090014_A
P1090019
P1090028
Un pont relie les deux parties du village coupé en deux par une rivière.
P1090036
Nouvelle toiture pour cette ancienne maison.
P1090037
P1090040
P1090041
Une épaisseur de près d'un mètre de chaume recouvre les toits.
P1090043
P1090046
P1090049
P1090050
P1090052
P1090053
P1090054
P1090056
Blottis au coeur des montagnes, Shirakawa-go et Gokayama sont de tranquilles villages traversés par une rivière et entourés de rizières. Pourtant ces villages mitoyens sont classés au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1995, grâce à leurs maisons traditionnelles construites dans le style gassho-zukuri. La principale
caractéristique de ces maisons en bois est leur toit de chaume en forme de triangle pentu, comme des mains en prière (gassho), afin de supporter le poids de la neige, abondante dans cette région. Ce sont de grandes maisons de 18m de long sur 10m de large sur quatre niveaux, où plusieurs générations vivent ensemble. Le dernier niveau est traditionnellement réservé à l'élevage de vers à soie.
P1090057
P1090059
P1090061
P1090063
Nous avons visité la maison kanda ( 3 euros/per)
Dans certaines de ces maisons, il est possible de voir des démonstrations et de participer à des ateliers d'arts traditionnels comme la teinture ou le tissage ou de s'initier à la fabrication des soba (nouilles de sarrasin).
P1090078
La toiture est réalisé sans un clou, la charpente est assemblée uniquement avec des cordes tressées par les villageois.
P1090079
des réalisations en corde et des outils sont exposés sous la toiture.
P1090082
P1090084_A
P1090091_A
du travail d'artistes.
P1090098
Outil pour torsader les cordes qui serviront à l'assemblage du toit
P1090107
Au rez-de-chaussé, un foyer pour chauffer toute la maison ( pas de cheminé et beaucoup de fumée! )
P1090109
Nous continuons notre visite à la recherche des plus belles maisons du village.
P1090110
P1090111
P1090112
P1090115
P1090117
Réalisation d'un tout petit bonhomme de neige en passant.
P1090125
P1090126
P1090127
En raison du relief montagneux, la culture traditionnelle japonaise du riz n'était pas très productive dans cette région, ce qui explique que les paysans se soient tournés vers d'autres cultures céréalières telles le sarrasin et le millet qui acceptent des champs plus petits.
P1090128
P1090129
Malgré ces difficultés, les récoltes étaient très légèrement excédentaires. Les quelques produits commercialisa blés de la région étaient le papier japonais (washi) fait de fibres de mûrier,
arbre que l'on rencontre dans la région, le nitrate de calcium pour la fabrication de poudre à canon et les produits de base de la sériciculture <vers à soie et fil à soie brut>.
P1090130
La production de papier se poursuivit tout au long de la période Edo mais déclina quand les procédés de fabrication occidentaux apparurent au 19ème siècle. La production de nitrate qui avait
commencé au milieu du 17ème siècle disparut avec l'arrivée au 19ème siècle au salpêtre européen très peu coûteux.
P1090134
Les koï Nobori ( banderole de carpe) sont déjà de sortie pour la fête Kodomo no hi ( jour des enfants ) célébrée chaque année le 5 mai.

Selon une légende chinoise, les carpes du fleuve jaune, après avoir remonté le fleuve, s'envoleraient vers le ciel en se transformant en dragons. Cette légende serait à l'origine des koi nobori, qui représentent plus généralement la force et la persévérance des carpes qui remontent à contre-courant les rivières et cascades.

Ces bannières sont accrochées le long de perches en bambou. La première et la plus large, magoi, est noire et représente le père; la deuxième, higoi, est rouge et représente la mère, puis l'on ajoute une carpe pour chaque enfant de la famille.
Parfois, on suspend aussi des rubans rouges et blancs ou une manche à air multicolore symbolisant les flots des rivières.

P1090135
L'industrie de la soie survécut plus longtemps, au 17ème siècle
jusque dans les années 1970. Le besoin de grands espaces pour l'élevage des vers à soie et le stockage des feuilles de mûrier eurent une incidence très forte sur la multiplication des maisons de type gassno.
P1090137
P1090138_A
Plaque d'égout du village de Shirakawa-go
P1090139
P1090141
P1090142
P1090145
Un observatoire aménagé au château Ogimachi offre un point de vue apprécié sur le village.
Quelques toitures classiques aussi. Mais quand même beaucoup de ces belles maisons au toit de chaume ( vue prise d'une petite colline où nous avons pic niqué).
P1090157
P1090158
les rizières font de véritables mirroirs
P1090162
P1090163
P1090166
P1090174
Il est possible de loger dans l'une des maisons de style gassho-zukuri puisque le village compte 25 minshuku et 14 ryokan établis dans ce type d'habitation.
P1090175
Le village est un lieu très touristique visité par environ 1,5 millions de personnes par an, difficile des faire des photos sans un touriste qui traîne dans un coin.
Les boutiques et restaurants restent concentrés sur une rue principale.
P1090178
P1090179
P1090186
P1090188
Chaque saison offre au village un visage différent : neige et maisons illuminées en hiver, cerisiers en fleurs au printemps, arbres écarlates en automne, sans oublier le spectaculaire exercice anti-incendie du dernier dimanche d'octobre ou de grands jets d'eau arrosent tout le village.
P1090194
P1090196
P1090197
P1090199
P1090207
P1090211
P1090215
P1090223
Même le temple reste dans le style.
P1090231
P1090234
P1090257_A
Nous quittons ce village et les sommets enneigés à 14h pour rejoindre en bus notre ville du soir Takayama.
P1090262
où nous dormons "à la japonaise", gare aux côtelettes demain matin !

La totalité du voyage sur
http://yethidom.pagesperso-orange.fr/NotreVoyage.htm
Post to:
FacebookMySpaceDiggDelicious
StumbleUponGoogle BookmarksYahoo! Bookmarks
FunPHEMiDEMi

Comments

Loading...

Leave your comment

Name:
Email: (Optional)
URL: (Optional)
Message:
You can use some HTML tags, such as <b>, <i>, <u>, <s>
Verification:


Regenerate
 
©2017 Mobile Action Technology, Inc.